MENUREJOINDRE L'ÉQUIPE

Crevette-Mante, la crevette aux “super pouvoirs”

Posté le 04-08-2017
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestEmail this to someone

On va parler à présent d’une des espèces animales des plus surprenantes, à savoir la Crevette-Mante (crustacé membre de l’ordre des Stomatopoda). Cette crevette très particulière et “peu connue”, dispose de capacités extraordinaires. En effet, que ce soit ses yeux, sa queue ou ses marteaux, la nature l’a doté de “compétences et de technologies” que l’humain ne connait que depuis un siècle environ. Comme quoi, la nature est une source de connaissances dont on devrait un peu plus souvent s’inspirer. Chaque espèce animale et végétale est un livre mis en place pour nous donner des “clés”, et nous, au lieu de lire ces livres, nous les brûlons… Bref, regardez d’un peu plus près les compétences spectaculaires de cette crevette surnommée la crevette aux super pouvoirs ! La vidéo en bas de l’article va vous choquer… 😉

Vidéo (présentation de la crevette à 3’36) :

Description :

Les crevette-mante possèdent un corps allongé qui rappelle nettement celui des langoustes, ainsi qu’une épaisse carapace dorsale composée de plaques “métamérisées”. La queue est composée de plusieurs “articles” pouvant s’ouvrir en éventail, fournissant ainsi une large nageoire pour une nage rapide. Les yeux à facettes, relativement gros, sont situés au bout de longs pédoncules pour permettre une vision à 360° ; ils sont très visibles, et de près ils montrent une structure complexe en 3 parties pourvues chacune d’une pupille indépendante. Elles possèdent de grandes antennules triramées, et sous la tête un couple d’écailles antennaires larges et plates, articulées, souvent vivement colorées (marteaux). Leur taille est comprise entre 3 et 18 cm, la plus grande espèce étant sans doute “Lysiosquillina maculata”.

Les crevettes-mantes sont surtout reconnaissables à leurs pattes typiques, comparables à celles de la mante religieuse – d’où leur nom de crevette-mante bien qu’elles ne soient ni des crevettes, ni des mantes. Celles-ci, d’une très grande force et rapidité, peuvent être de deux types : massives, lestées de massues calcaires pour briser coquilles et carapaces, ou des pattes plus minces et garnies d’éperons effilés pour empaler des proies au corps mou, semblables à celles des mantes religieuses.

Particularités :

Les Yeux

La crevette-mante possède une des meilleures visions connues : ces crustacés ont un système visuel des plus sophistiqués, si ce n’est LE plus sophistiqué de tout le règne animal. Leurs yeux bougent en pivotant indépendamment l’un de l’autre sur une amplitude permettant de lui offrir une vision de 360°. Chaque œil est composé de 3 sections, chacune ayant une “pseudo-pupille” indépendante. Leurs fonctions étant similaires aux pupilles humaines, elles lui permettent de réaliser une triangulation de l’objet visualisé, et de connaître avec précision sa distance et sa profondeur, en n’utilisant qu’un seul œil : leur cornée en 3 bandes donne à chaque œil une vision tridimensionnelle, en relief.

Leurs yeux sont également particulièrement développés pour voir la lumière polarisée circulairement, en la convertissant en polarisation linéaire. Leur capacité à voir les couleurs est tout à fait exceptionnelle :

Chaque œil dispose de douze photopigments (contre 3 pour l’œil humain, et 4 pour les oiseaux).
Chaque œil dispose de 16 cônes (contre 2 pour le chien et 3 pour l’œil humain).
Cet animal peut facilement détecter la lumière fluorescente.

Les Marteaux

Les espèces “frappeuses” comptent parmi les animaux les plus rapides du règne animal : leurs appendices atteignent la vitesse de 31 m/s (112 km/h). Leur frappe délivre une puissance équivalente à près de 100 kg en 2 millièmes de seconde sur une surface très réduite (capable de casser la vitre d’un aquarium blindé), ce qui équivaut à une accélération proche de celle d’une balle de pistolet (10 400 g soit 104 000 m/s2) mais avec une masse supérieure.

Aussi, et comme ses capacités s’arrêtent pas là, au moment ou la crevette-mante “frappe”, ces coups sont tellement rapides qu’ils provoquent des bulles de vapeur explosive. Ce phénomène est plus connu sous le nom de supercavitation. Il se forme alors autour des marteaux une bulle de gaz, ce qui leur permet de réduire le frottement de l’eau afin de se déployer beaucoup plus rapidement. Cette technologie fût utilisée sur des torpilles pour accélérer leur vitesse (~ 150km/h sous l’eau). De plus, cette implosion provoque une seconde onde de choc, capable à elle seule d’assommer une proie qui aurait échappé au coup. Lorsque son coup par, cela va tellement vite qu’il se forme des étincelles sous l’eau. Et puisque c’est une des crevettes les plus “incroyable”, inutile de vous dire que si vous arrachez un des deux marteaux, il repousse !

Cette force de frappe permet aux crevettes-mantes de briser facilement les coquilles les plus dures et d’atteindre ainsi leur nourriture (bivalves, gastéropodes, arthropodes…). Elle permet également de se défendre contre d’éventuelles menaces, notamment des mains de plongeurs ou des caissons d’appareil photo sous-marin.

Vidéo (autre présentation de la crevette à 1h23’51) :

Le CERA 85 – Conférence sur l’économie de la connaissance, le biomimétisme et la Blue Economy
L’économie de la connaissance | Idriss ABERKANE (Idriss ABERKANE est professeur en géopolitique et économie de la connaissance à l’École centrale, chercheur affilié au Kozmetsky Global Collaboratory de l’université de Stanford et chercheur affilié au CNRS. Il est également éditorialiste pour Le Point)

Animal Nature

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *